www.apis-formation.be

> ACCUEIL

 

LES NEWS

       

 

> FAIRE LE POINT

 

LA MORTALITE DES ABEILLES

ABEILLE INDICATEUR BIOLOGIQUE

LUTTE CONTRE LES NOSÉMOSES

COMPTE-RENDU COLLOQUE PWGD 2010

 

> FORMATION

 

SESSION 2013

INFOS PRATIQUES 2013 ET

INSCRIPTIONS

PROGRAMME

FORMATION WE 2013

FORMATION E 2013

 

GALERIE DE PHOTOS

 

 

> LE PROJET APIS

 

> QUI SOMMES - NOUS?

 

NOEL MICHEL

ADRIEN JOVENEAU

PRESSE : BBDM JOVENEAU

 

> CONTACTS

Riobamba se trouve à 200 kilomètres au sud de la capitale équatoriale Quito. C'est une petite ville de province située sur la Cordillère des Andes au pied du Chimborazo qui, avec ses 6 272 mètres d'altitude, est le volcan éteint le plus haut perché de la planète.
Il n'y a pas d'âge pour réaliser ses rêves. A soixante-trois ans, après une vie bien remplie où il fut tour à tour apiculteur, peintre et hydrologue, Noël MICHEL quitte le confort douillet de la prépension pour aller planter des arbres et faire du miel en Equateur. Ses 7 enfants n'en reviennent pas, leur papa n'est jamais sorti d'Europe et il ne parle même pas un mot d'espagnol.

L'amour fait des miracles et celui de Noël a lieu au coeur du mois d'août 1993 quand il rencontre à la fête des moissons Lola DIAZ SALAZAR, une institutrice équatorienne venue visiter la Belgique. Elle goûte son miel, leurs regards se croisent et trois semaines plus tard, notre héros boucle ses malles et s'installe, côtés hublot, sur le 1er transatlantique de son existence.

Chez Lola, Noël tombe sous le charme des montagnes enneigées qui semblent protéger la ville. Lui qui a toujours vécu sur le plancher des vaches, il admire le Chimborazo coiffé de son auréole, ce nuage accroché à son sommet, qui lui donne un air sacré. Il est très sensible au côté mystique de la Cordillère des Andes. Il n'y a pas de hasard. Peut-être a-t-il déjà vécu ici avec Lola au temps des Incas.
Toujours est-il qu'il apprend, en quelques mois, le quichua. Il le baragouine avec son accent wallon, succès garanti auprès des autochtones.

Au-delà du coup de foudre, ce changement de vie est l'occasion pour Noël de mettre en pratique toutes les théories qu'il enseigne depuis des années : l'apiculture est un moyen de développement dans le Tiers-Monde. Elle permet d'améliorer rapidement les conditions de vie des paysans les plus pauvres car elle ne nécessite aucune terre et très peu d'investissements.
Les abeilles ne résoudront pas tous les problèmes de la terre mais elles favorisent la pollinisation et donc la reforestation des régions sinistrées, sans parler du miel, un aliment diététiquement riche qui contribue à enrayer la malnutrition dans certaines communautés.
Comme " le berger des abeilles " sait tout faire, il leur enseigne l'apiculture mais aussi le petit élevage, le tissage, la boulangerie. Il gagne rapidement la confiance des Indiens et... de l'A.G.C.D., (Agence de Coopération au Développement). Il installe le siège de son O.N.G. " Apiculteurs sans frontières " dans une maison du centre de Riobamba où, avec Lola, il accueille aujourd'hui volontaires et stagiaires belges pour travailler sur différents projets.
Attention, vous ne sortirez pas indemne d'un séjour chez ce couple d'idéalistes passionnés; vous risquez même de retrouver confiance en la nature humaine.

Adrien Joveneau, "Les Belges du bout du monde, 2002, RTBF, éditions LABOR".   
PORTRAIT : NOËL MICHEL, FONDATEUR APIS ASBL - SUITE